Comment dépister une scoliose chez votre enfant ou votre ado

Qu’est-ce que la scoliose?

La scoliose est une déviation permanente de la colonne vertébrale dans les trois plans de l’espace (inclinaison du corps d’un côté, rotation de plusieurs vertèbres visible à l’oeil nu ou à la radio et exagération des courbures).
Elle est à différencier de l’attitude scoliotique qui est une déviation de compensation qui disparaît en position allongée voire même assise. Cette posture est le plus souvent liée à une différence de longueur de jambe (fréquente lors de la croissance de l’enfant), une position antalgique (position la moins douloureuse pour le patient) ou encore un blocage articulaire ou musculaire du bassin.
Il faudra traiter la cause de cette position pour que le patient retrouve une statique normale.

Causes de la scoliose

  • Chez l’enfant et l’adolescent, la scoliose la plus courante est idiopathique (cause est inconnue). Son apparition et son développement sont progressifs pendant l’enfance. L’évolution de la déformation s’accélère brutalement lors de la poussée de croissance et ralentit progressivement à l’âge adulte. La période charnière est donc la période pubertaire de l’enfant. Il faut savoir que la scoliose touche statistiquement huit fois plus les filles que les garçons.
  • Les autres causes peuvent être héréditaires (les gênes responsables n’ont à ce jour pas été identifiés), consécutives à une maladie neuro-musculaire (Maladie de Marfan, neurofibromatose, syndrome d’Ehlers-Danlos…), congénitales (suite à une malformation vertébrale).

Comment la dépister?

Il est important de pouvoir dépister la scoliose avant la poussée de croissance de votre enfant de manière à ce qu’il soit pris en charge efficacement par les thérapeutes compétents afin de limiter l’évolution de sa maladie pendant la période de la puberté. Chez l’enfant, une douleur de dos chronique doit vous alerter.
L’inspection du dos de votre enfant doit être systématique. Plus on diagnostique une scoliose rapidement, plus la prise en charge est rapide et efficace.
L’observation de son dos va vous permettre de déceler différentes anomalies:

  1. Une hauteur inégale des épaules.scoliose
  2. Une asymétrie des omoplates.
  3. Un angle de taille inégal.
  4. Une différence de distance entre le bras et le bassin.
  5. Une hauteur inégale des hanches.
  6. Une bosse dans le dos (gibbosité) lorsque le patient se penche en avant lors du test d’Adam

 

Le test d’Adam

Le patient est mis dos à nous, debout. On lui demande de pencher sa tête en avant puis d’enrouler son dos en avant comme pour aller toucher par terre avec ses mains. Il ne doit pas plier les genoux et doit s’arrêter lorsque sa souplesse ne lui permet plus de se pencher. Vous devrez rechercher si une gibbosité (bosse) apparaît d’un côté au niveau du haut de son dos (plus rare au niveau lombaire).
La croissance de l’enfant et de l’adolescent n’est pas symétrique, il est donc normal d’avoir certains déséquilibres. C’est une observation répétée qui vous permettra de voir si l’asymétrie continue de se développer ou si elle disparaît progressivement.
En cas de doute, contactez votre ostéopathe pour qu’il ausculte votre enfant.
La confirmation du diagnostic se fait par une radio. L’enfant sera pris en charge pendant sa période de croissance par un spécialiste du dos, un ostéopathe et un kinésithérapeute afin de minimiser l’évolution de la maladie.

Fréquence des séances d'ostéopathie

Que cela concerne le sportif amateur, l’enfant ou la personne âgée, une périodicité précise idéale adaptée à tous ne peut pas être définie. Nous ne sommes pas tous égaux face à la santé. Ces fréquences n’ont donc qu’une valeur informative.

L’adulte

Les nombreuses contraintes que nous subissons tous les jours nous fragilisent (physiques, chimiques, stress). Il est intéressant de faire une séance tous les 6 à 12 mois en fonction de nos ressentis (énergie, douleurs, troubles fonctionnels, raideurs).

Le sportif (amateur ou professionnel)

L’augmentation des troubles physiques voire même émotionnels (en fonction du vécu de son sport) induit des séances plus rapprochées (environ tous les 6 mois) afin de travailler en prévention notamment pour éviter les épisodes douloureux.

Les enfants

La capacité de leurs corps à s’adapter aux différents chocs de la vie permet une fréquence moins régulière des séances d’ostéopathie. Elles seront surtout nécessaires en cas d’opération, de grosse chute ou de plaintes répétées. Il est cependant intéressant de faire un bilan lors de la poussée de croissance pour contrôler notamment l’éventuelle présence d’une scoliose.

Les enfants atteints de autisme

Il faudra mettre en place un suivi plus régulier pour les aider à s’apaiser et à mieux appréhender le monde extérieur. Cela dépendra notamment de l’atteinte de l’enfant et de sa réactivité vis à vis des séances.

Les bébés

Un traitement plus régulier est nécessaire au début de la vie afin de libérer les contraintes occasionnées par la grossesse, l’accouchement et les premiers pas dans la vie. Nous avons l’habitude de les traiter aux 3ème puis à l’acquisition du quatre pattes (environ 9 mois) et de la marche (environ 15 mois) afin d’harmoniser au maximum leur évolution. Cela permet également un contrôle de l’acceptation corporelle des différents vaccins pratiqués sur chacun.

Les femmes enceintes

En absence de plainte et dans le cas d’une grossesse bien vécue, une séance vers le 8ème mois est primordiale afin de contrôler la libération des dorsales et des côtes pour optimiser la respiration et la mobilité du bassin, essentielle pour permettre le passage du bébé le jour de l’accouchement.
Dans le cas d’une grossesse plus compliquée, d’avantage de séances seront nécessaires.
 
Cependant, n’oubliez pas que le meilleur indicateur d’un besoin de séance reste votre corps. Certaines zones plus fragiles (propres à chacun) sont d’excellents indicateurs de votre état de santé et pourront vous informer de la nécessité d’un bilan avec votre ostéopathe.